Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Big Brother (大哥), hélas, n'est pas seulement chinois !

 

Cela fait longtemps que « Big Brother », (大哥) du roman 1984 de George Orwell, n'appartient plus, hélas, au domaine de la fiction. Je le savais déjà mais un reportage, sur France 2, rapportant que les Chinois dans la rue sont tous filmés et tous identifiés grâce à la « reconnaissance faciale », vient d'en faire la démonstration, insistant même sur un aspect incroyable du phénomène : que les Asiatiques interrogés trouvent cet espionnage plutôt positif pour leur propre sécurité. Quelle inconscience  manifeste !

Dans un pays où les droits de l'homme ne sont toujours respectés (c'est une litote) cela n'étonne pas vraiment mais offre de bonnes raisons de s'inquiéter, même dans notre imparfaite démocratie où chacun est de plus en plus fiché et pisté.

Il n'y a pas seulement la prolifération des caméras dans les lieux publics français (ou mexicains) qui puissent nous alarmer : malgré, en France,  la fameuse commission nationale de l'informatique et des libertés, ce qui constitue notre vie privée se trouve de plus recelé par les ordinateurs, tant de l'administration que des établissements commerciaux, à tel point que nous ne savons plus du tout combien nous avons rempli de formulaires ni ce que nous avons mis de dedans, pour avoir un passeport, payer ses impôts, obtenir un crédit, faire un achat sur l'Internet, appartenir à un réseau social, rouler en voiture et j'en passe... Et aussi pour se faire rembourser de ses frais médicaux, contracter une assurance, se procurer une réservation, un billet en ligne...

Ainsi donc, en ville, sur les autoroutes, dans les lieux publics, les objectifs qui nous suivent de leur froid regard en captant le numéro de notre plaque minéralogique peuvent nous situer, en permanence, en temps réel, car le numéro, aussi sûrement que les binettes chinoises, renvoie aux listings de la préfecture, donc de la police.

Cependant, dans notre vie courante, il n'y a pas que ce suivi quasiment inévitable du moindre de nos déplacements, comme de notre situation matrimoniale ou financière.

Il y a aussi les pièges dans lequels nous nous lançons tête baissée :

- par exemple en ayant sur nous, en permanence, un téléphone ou un smartphone en veille, (erreur fatale à  bien des malfaiteurs),

- par exemple en utilisant un GPS, qui révèle notre position

- par exemple en se procurant une application mobile comme Strava qui met en réseau, si on s'en équipe, nos déplacements et performances sportives. A tel point que l'on vient de prendre conscience que des militaires américains imprudents ont ainsi involontairement révélé, sur la mappemonde, l'emplacement de bases secrètes, ce qui représente quand même un comble !

Autre piège : nous nous lançons également, et imprudemment, sans grande réflexion préalable, dans les réseaux sociaux où nous livrons à tous, malgré certaines précautions, des éléments de notre vie privée et les sentiments que nous éprouvons ; on sait d'ailleurs que pour certains internautes, les conséquences en ont été catastrophiques.

Et je crains bien, c'est mon cas, que même la rédaction d'un blog fait risquer une exploitation malhonnête des données livrées jour après jour.

Le simple fait de surfer sur Internet démontre d'ailleurs que nous sommes constamment localisés par le moindre site commercial et par ses publicités ciblées. Si je vais sur les réservations de Booking.com, par exemple, le site me fournit actuellement, sans que je ne demande rien, les tarifs en pesos mexicains...

D'aucuns me diront que mon article est incomplet et que bien d'autres menaces existent : j'en suis bien conscient et c'est justement la méconnaissance de ces menaces insoupçonnées qui constitue le plus grand des périls.

Pour conclure, je frémis rétrospectivement à l'usage qu'aurait pu faire un Hitler des nouvelles technologies du 21e siècle : certainement quelque chose d'épouvantable  et qui aurait inévitablement accéléré la « solution finale », euphémisme imaginé pour qualifier ses génocides !

Mais qui nous garantit aujourd'hui, dans notre société si confuse, si imprévoyante, si déséquilibrée, que ne grandit pas dans l'ombre quelque tyran en herbe bientôt près à exploiter les ressources dictatoriales du numérique ?

**********

Bon ! Je vais aller me balader à vélo, téléphone mobile bien sûr éteint, ou oublié à la maison, en me réjouissant du fait que les autorités (mexicaines ou françaises) n'ont pas encore réactualisé l'obligation d'immatriculer les bicyclettes. Pour mémoire les plaques de vélos sont d'ailleurs apparues en France à la fin du 19e siècle, à des fins fiscales, à une époque où l'on ne prévoyait pas encore l'installation de webcams en ville… J'avouerai que mon vélo n'a même pas de sonnette : on n'est jamais trop prudent, son timbre pourrait être enregistré !

Big Brother (大哥), hélas, n'est pas seulement chinois !
Big Brother (大哥), hélas, n'est pas seulement chinois !
Big Brother (大哥), hélas, n'est pas seulement chinois !
Big Brother (大哥), hélas, n'est pas seulement chinois !
Tag(s) : #Infos, #Internet, #Insolite, #informatique, #Edito, #Libertés, #Big Brother, #Pratique, #Vie quotidienne, #大哥
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :