Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Préambule : Ces derniers jours, j'ai été heureux de lire beaucoup de commentaires sur mes articles, merci à toutes et tous et n'hésitez pas à vous abonner. Les commentaires que vous envoyez ne sont publiés qu'après ma validation, donc ne soyez pas  étonnés qu'il n'apparaissent pas tout de suite. J'y réponds toujours. Et je valide quasiment tout

Le jardin de Cuernavaca a beau être petit et ne comprendre, comme végétation, que des grosses plantes en pots et un bout de pelouse, les visiteurs divers s'y succèdent tant que je pourrais en faire une rubrique. Ainsi, je repêche régulièrement, souvent à temps, les insectes qui tombent dans la piscine et notamment différentes sortes de guêpes. On y trouve parfois aussi des dytiques qui y semblent à l'aise car ce sont des coléoptères aquatiques inoffensifs qui faute de nourriture dans l'eau chlorée ne tarderont pas à s'envoler (et oui, ils sont totalement amphibies, à l'aise dans l'air, dans l'eau, sur le sol.)

Dans le jardin, outre les oiseaux et les mammifères de passage (nous y avons vu par exemple une sarigue) se développe toute un microcosmos dont voici le plus étonnant.

Il s'agit, photographié la nuit, d'un petit batracien, grenouille ou crapaud, je ne sais, mesurant un peu plus d'un centimètre et que j'ai vu deux fois sur la plage de gazon synthétique (eh oui...), non loin de la vraie herbe.

Le mystère, c'est qu'il n'a pas pu naître dans la piscine. Alors comment est-il arrivé, alors qu'il n'y a pas de mare à proximité, que le petit jardin est entouré de murs hauts de trois mètres, et que les jardins voisins commencent à être secs et le deviendront bien davantage.

J'ai bien une hypothèse, c'est que le batracien se soit accroché à un oiseau aquatique et qu'il ait chuté à la verticale du jardin. Il a pu aussi arriver par la conduite d'eau potable... 

A moins qu'il ne s'agisse d'un élément d'une pluie de grenouilles, phénomène déjà plusieurs fois signalé dans la littérature, auquel s'ajoutent d'étonnantes averses d'autres animaux.

De toutes manières, si je veux que survive ce curieux hôte, il ne faut pas que j'oublie d'arroser la pelouse où il se réfugie le jour car il doit avoir besoin d'un minimum d'humidité.

P.S. La photo a été prise de très près, forcément au flash, dont l'effet à courte distance, est moins nuisible que de loin, c'est bon à savoir, non ? 

Dernière heure : après la rédaction de ce texte, je suis retourné nuitamment au jardin : j'y ai vu non pas un, mais trois petits batraciens, tandis que l'invisible gecko poussait des cris. Ah la biodiversité !

L'étonnante présence d'un petit batracien dans le jardin...
Tag(s) : #Nature
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :