Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tel un retour à la maison : les retrouvailles avec Cuernavaca

Cela doit faire une bonne douzaine de fois que nous nous posons au Mexique, le verbe poser pouvant être pris dans le sens de l'atterrissage de l'avion comme dans celui de l'installation en un lieu.

Après tant d'allers et retours, la notion de voyage s'efface au profit de retrouvailles avec un pays depuis longtemps familier où j'ai l'impression, à l'instar des séjours en France, de retrouver mes pénates, tant dans la maison et dans le jardin dont les plantes tropicales souhaitent la bienvenue qu'au centre de Cuernavaca où les serveuses du restaurant Los Arcos nous reconnaissent comme des pratiques de longue date.

J'ai eu hier l'impression que rien n'avait changé, ni le cireur de chaussures travaillant au pied d'une table, ni la réunion de petites dames âgées qui viennent papoter tous les midis au fond de la brasserie, ni le vendeur de portefeuilles et sacoches en cuir sollicitant les clients attablés, ni la saveur du pozole qui est une soupe délicieuse, à base de maïs et de poulet émincé, accompagnée de salade, d'avocat et de tacos.

Des revendications s'exprimaient toujours devant le palais du gouvernement, les artisans venus de la campagnes, indigènes en costumes traditionnels, proposaient toujours petits bijoux, tissus et poteries et les taxis, aussi nombreux que les voitures particulières, maraudaient inlassablement, prêts à vous conduire pour 50 pesos (3 euros) à l'autre bout de la ville.

Rien n'avait changé, sauf, au départ du Zocalo (place centrale) l'aspect de la rue Vincente Guerrero qui a été transfigurée. Elle était en pleins travaux en début d'année, et après sa rénovation en profondeur, et la pose de nouveaux réseaux, un dallage y a été posé, mais ce ne fut pas au profit des voitures : l'artère qui aboutit à la barranca Amanalco est devenue totalement piétonne, permettant maintenant de zigzaguer en toute sécurité d'une rangée à l'autre des arcades qui abritent des commerces de tous genres, notamment de chaussures et de vêtements.

Cette rue aboutit aussi à l'immense mercado couvert où plus de 2000 commerçants proposent de manière traditionnelle toutes les marchandises imaginables, et à des prix bien inférieurs à ceux des supermarchés plus luxueux mais plus onéreux.

Bien des flâneries en perspectives dans ce nouvel espace convivial où plus qu'ailleurs le Mexique fleure bon son authenticité, en toute bonhommie.

QUEL CONTRASTE ENTRE LA RUE GUERRERO  ENCOMBREE QUI SURVIT DANS GOOGLE EARTH- JUSQU'A LA PROCHAINE PRISE DE VUE - ET LA NOUVELLE RUE PIETONNE AU GOÛT DU JOUR
QUEL CONTRASTE ENTRE LA RUE GUERRERO  ENCOMBREE QUI SURVIT DANS GOOGLE EARTH- JUSQU'A LA PROCHAINE PRISE DE VUE - ET LA NOUVELLE RUE PIETONNE AU GOÛT DU JOUR

QUEL CONTRASTE ENTRE LA RUE GUERRERO ENCOMBREE QUI SURVIT DANS GOOGLE EARTH- JUSQU'A LA PROCHAINE PRISE DE VUE - ET LA NOUVELLE RUE PIETONNE AU GOÛT DU JOUR

Tag(s) : #Tourisme, #Environnement, #Vie quotidienne, #Voyage
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :