Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parmi les multiples œuvres exposées au musée Rolin à Autun, il en est une qui a retenu mon attention puisqu'il s'agit d'un paysage d'Autun idéalisé, recomposé, tel qu'un photographe n'aurait pu le réaliser, ce qui m'a donc forcément titillé les méninges.

Sous le titre « Le temps contemplant les ruines d'Autun » il s'agit d'une huile sur toile de Claude-Marie Repoux, datant de 1823, dont Simone de la Grange fit la donation à la fin du siècle dernier.

Alors que le Temps est représenté au premier plan avec sa faux, les différents monuments sont harmonieusement disposés à partir des rives de l'Arroux ou du Ternin : la porte romaine d'Arroux, celle de Saint-André, le temple de Janus, et dans les lointains la cathédrale Saint-Lazare, la tour des Ursulines et la Pierre de Couhard au pied des collines, sous un beau ciel romantique.

Un aimable rassemblement dans lequel on ne peut que se promener virtuellement. Nos ancêtres d'il y a deux siècles se plaisaient dans les mêmes lieux qui n'ont pas trop subi, apparemment, pendant près de deux cents ans, les outrages... du temps

Ne manque que le théâtre romain, plus que millénaire, pour nous dire que la vie est souvent mise en scène !

Le tableau recadré et tel que je l'ai photographié au musée (de biais pour éviter les reflets)
Le tableau recadré et tel que je l'ai photographié au musée (de biais pour éviter les reflets)

Le tableau recadré et tel que je l'ai photographié au musée (de biais pour éviter les reflets)

Tag(s) : #Art, #patrimoine
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :