Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nubes sobre Siria: es el corazón que debe hablar

Nuages sur la Syrie : c'est le cœur qui doit parler

Les nuages noirs qui s'amoncellent ne sont pas seulement ceux que j'ai admirés ce matin de ma fenêtre mexicaine et finalement bien à l'abri.

Sur mon ordinateur qui fonctionne ici mieux qu'il ne fonctionnerait en certains lieux du Moyen-Orient, j'ai lu un article du Monde (voir lien en bas d'article) sur la situation en Syrie et j'ai été horrifié. Dans ce pays mis à feu et à sang, après 4 ans de guerre, le bilan est lourd : 220 000 tués, mais bien plus de Syriens connaissent les blessures et l'exode, l'espérance de vie a chuté de 20%, de 75 à 55 ans, le réseau de soin est malmené, les épidémies éradiquées réapparaissent, et 80 % des Syriens qui restent vivent sous le seuil de pauvreté et sont malmenés par les factions. Quant aux enfants de la guerre, ils ne sont plus scolarisés pour une bonne moitié. Alors on peut et doit se demander si la communauté internationale peut et a le droit de laisse perdurer ce massacre d'un peuple, et de ne penser, souvent, qu'aux intérêts diplomatiques dit « supérieurs ». Quand un tel drame est vécu au quotidien par des millions de personnes, c'est le cœur qui doit d'abord parler, c'est le cœur qui doit guider ceux qui tiennent les rênes de notre monde si troublé.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/16/les-syriens-ont-perdu-20-ans-d-esperance-de-vie-en-quatre-annees-de-guerre_4593255_3218.html

Traduction de Reverso en Espagnol

Nubes sobre Siria: es el corazón que debe hablar

Las nubes negras que se amontonan son ni siquiera aquellos a los que admiré esta mañana de mi ventana mexicana y finalmente muy al abrigo. Sobre mi ordenador que funciona mejor aquí que funcionaría en ciertos lugares del Medio Oriente, leí un artículo del mundo (ver lazo abajo artículo) sobre la situación en Siria y he sido horrorizado. En este país asolado, después de 4 años de guerra, el balance es pesado: 220 000 muertos, pero mucho más sirios conocen las heridas y el éxodo, la esperanza de vida fracasó del 20 %, de 75 a 55 años, la red de cuidado es maltratada, las epidemias erradicadas reaparecen, y el 80 % de los sirios que se queda viven bajo el umbral de pobreza y son maltratados por las facciones. En cuanto a los niños de la guerra, no son escolarizados más para una buena mitad. Entonces podemos y debe preguntarse si la comunidad internacional puede y tiene el derecho de correa perdurar esta matanza de pueblo, y de pensar, a menudo, sólo en los intereses diplomáticos dice a « superiores ». Cuando tal drama está vivido en el diario por millones de personas, es el corazón que debe primero hablar, es el corazón que debe guiar a los que tienen las riendas de nuestra gente tan turbada.
Tag(s) : #Politique, #Actualité, #Edito
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :