Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MA RUBRIQUE DU VELO : Et si je parlais de mon « vélodrome », le paseo Atzingo à Cuernavaca

Si la bicyclette m'est souvent un moyen de découverte de lieux inconnus, je puis aussi avoir envie de prendre l'air sans tenter l'aventure d'un nouvel itinéraire. Alors, dans ce pays dont toutes les routes ne sont pas aisées, je me rends - sans beaucoup pédaler car ça descend - à mon « vélodrome ». Situé à quelques kilomètres de la maison, ce n'est pas un stade, mais bien des habitants de Cuernavaca ont choisi ce lieu pour y respirer et y accomplir des exercices dès potron-minet, avant que la chaleur ne vienne décourager tout effort. Au cœur d'un quartier résidentiel verdoyant, il s'agit du paseo Atzingo, paseo signifiant promenade.


Vous me direz que sur mon "vélodrome" il n'y a que des coureurs, mais ce matin-là, j'étais comme souvent le seul cycliste...

Vous me direz que sur mon "vélodrome" il n'y a que des coureurs, mais ce matin-là, j'étais comme souvent le seul cycliste...

Se présentant comme un large boulevard rectiligne, ombragé et fleuri, d'une longueur d'exactement mille mètres, il comporte deux voies séparées par une large bande herbue sur laquelle on peut trotter tandis que les cyclistes préfèrent la chaussée macadamisée. Mille mètres, cela donne un aller-retour de précisément deux kilomètres, ce qui est bien commode pour se chronométrer, avec la difficulté modérée d'une dénivelée de cinquante mètres, soit un pourcentage moyen de 5%. En haut de l'avenue, on peut même se définir, autour du terre-plein, une petite boucle de cinq cents mètres, bien commode pour certains entraînements.

Les frondaisons tropicales variées assurent un minimum d'ombre toute la journée.

Les frondaisons tropicales variées assurent un minimum d'ombre toute la journée.

Voilà donc le « vélodrome » que j'affectionne particulièrement, d'une part car il conduit aussi au quartier populaire et pittoresque d'Alta Vista, où je fais mon marché, d'autre part car le spectacle qu'offrent les sportifs de tout poil est aussi sympathique que permanent. Les uns accomplissent des exercices au sol, d'autres utilisent les arbres en guise d'agrès sommaires, et s'y appuient pour les étirements. Quant aux joggeurs, on y trouve tant les cousins de la tortue que ceux du lièvre, lesquels rivalisent avec les cyclistes. Et puis, de temps en temps, de petits chevaux venus d'on se sait où s'y égarent, broutant les derniers brins d'une herbe qui en novembre va commencer à jaunir. Cerise sur le gâteau, l'air qu'on respire ici vient de la proche campagne ravinée, et il n'est pas pollué par une circulation trop dense.

De petits chevaux en liberté parfaitement adaptés à l'environnement urbain.

De petits chevaux en liberté parfaitement adaptés à l'environnement urbain.

Tag(s) : #MA RUBRIQUE DU VELO, #Sport
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :