Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VOYAGE HUATULCO : CROISIERE EN MER D'UNE BAIE A L'AUTRE  UNE BALADE IDYLLIQUE
Quand on séjourne à Huatulco, voir éditions précédentes, même si on trouve des charmes à ce qui est terrestre, c'est bien l'aspect marin du lieu qui fascine.

Eh oui, Huatulco et ses bahias, ses baies, c'est une porte ouverte sur le Pacifique. Une mini-croisière en bateau d'une journée, est à ne pas manquer. Nous l'avons réalisée, au départ de Santa Cruz, avec le catamaran Hermano Zorro, zorro étant le renard, l'autre Hermano était dédié au loup ; les voyageurs pouvaient choisir, soit le pont supérieur, plus paysager, soit le pont inférieur sans doute un peu plus confortable quand la mer forcit.

DES SIEGES NON FIXES

Malgré des creux assez forts au retour, le catamaran a démontré sa stabilité. Par contre, cela paraît un peu bizarre d'être assis sur des chaises de jardin, même pas fixées au plancher (ô Mexico), quand le bateau tangue ou roule ! Les gilets de sauvetage sont prévus. Néanmoins le mal de mer qui menaçait ne nous a pas atteints et la journée fut magnifique sur un océan bleu foncé ce qui rehaussait le contraste avec la côte rocheuse, très découpée, surmontée de vastes bois - forêt tropicale sèche - avec en arrière plan les montagnes de la Sierra Madre del Sur... Idyllique... Silhouettes de cactus au dessus des rochers...

CAPS ET BAIES

La côte est constituée d'une succession de caps protégeant des baies profondes où somnolent de petites plages de sable blanc émaillées de débris de coraux. Certaines sont quasiment désertes, d'autres servant de ports sont bordées de restaurants à l'abri de paillotes en feuilles de palmier. Protégées de la houle, ces plages sont des lieux idéaux de baignade, voire de plongée, à proximité des barques qui se balancent doucement. Par contre, les gros catamarans ne peuvent pas accoster, ce qui oblige les passagers à embarquer dans des chaloupes pour parcourir une ou deux encablures, ce qui demande d'avoir, juste un peu, le pied marin. Mais tout se passe bien, grâce à la gentillesse des membres d'équipages qui prêtent la main.

L'excursion, bien commentée en espagnol, prévoit deux longues haltes sur les plages (baies San Augustin et Maguey), histoire de profiter de l'excellence de l'accueil local, ainsi que des aspects balnéaires et gastronomiques de ces petits paradis.

PARFUM D' AVENTURE

Bien que bon enfant, ces croisières ne manquent pas d'un petit parfum d'aventure. Elles se font en musique bien sûr, nous sommes au pays des mariachis, mais on peut aussi s'imaginer, parfois, dans la peau d'un conquistador abordant des rivages inconnus. Pendant environ quatre heures de navigation, nous avons eu tout le temps de rêvasser face à l'immensité océanique, fouillant du regard les vagues pour y trouver dauphins ou tortues, mais nous contentant finalement de l'admirable spectacle des pélicans (et bien autres oiseaux) volant en escadrille au ras de l'eau.

Je n'en dirai pas davantage, laissant les photos exprimer ce que nous avons pu ressentir !

PRESERVER LA NATURE

Conclusion, après avoir profité de ces merveilles, et après ce que j'ai écrit précédemment : il nous faut préserver, au maximum, la nature et l'environnement de notre planète tant dégradée par l'homme, et je ne suis pas sûr que le choix d'une balade en bateau à moteur soit le bon, mea culpa ! Disculpe comme on dit ici... Cela dit, tant la mer que les plages m'ont parues fort propres et sans déchets apparents, une raison de plus pour les protéger, pour appliquer une discipline rigoureuse.

Détails pratiques : le coût de la croisière, départ à 10 h 30, retour 7 heures plus tard, est de 250 pesos soit 15 euros, eau et sodas compris, la bière étant à 10 pesos. Les restaurants des plages sont assez chers pour le Mexique, mais on peut manger, boisson comprise, pour environ 250 pesos. Le temps étant beau et chaud, nul besoin d'équipement particulier, mais il est conseillé de se munir de lunettes de soleil, et pour la plage d'un masque de plongée, voire d'un tuba... Et d'un appareil photo !

Un catamaran proche d'une plage déserte.

Un catamaran proche d'une plage déserte.

Un visage comme sculpté dans la falaise.

Un visage comme sculpté dans la falaise.

Contemplation.

Contemplation.

Le propriétaire de ce bel iguane monnayait les photos... (photo signée Brigitte)
Le propriétaire de ce bel iguane monnayait les photos... (photo signée Brigitte)

Le propriétaire de ce bel iguane monnayait les photos... (photo signée Brigitte)

Baignade en un Pacifique pacifique.

Baignade en un Pacifique pacifique.

Une côte toujours rocheuse aux falaises élevées.

Une côte toujours rocheuse aux falaises élevées.

Un monde minéral, mais très vivant.

Un monde minéral, mais très vivant.

Un paradis pour les oiseaux marins, ici un pélican.

Un paradis pour les oiseaux marins, ici un pélican.

Six plans : mer, rochers, arène, forêt, montagnes, ciel d'azur...

Six plans : mer, rochers, arène, forêt, montagnes, ciel d'azur...

A bord, sièges non fixés, mais profusion de gilets. Cependant, quelques pas de danse : ambiance !
A bord, sièges non fixés, mais profusion de gilets. Cependant, quelques pas de danse : ambiance !

A bord, sièges non fixés, mais profusion de gilets. Cependant, quelques pas de danse : ambiance !

Le phare annonce le retour au port, non loin de la plage de la Entrega

Le phare annonce le retour au port, non loin de la plage de la Entrega

Les rochers isolés sont colonisés par les oiseaux.

Les rochers isolés sont colonisés par les oiseaux.

Tag(s) : #Mexique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :