Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un scorpion dans la culotte : qui s'y frotte....

C'est un sujet qui prêterait à rire, si l'on s'en tenait à la seconde partie de cet article, faut bien de temps en temps prendre les choses à la légère, mais qui est également très sérieux, celui du danger que représentent au Mexique les scorpions.

Selon une étude, voir le lien en fin de texte, l'état de Morelos, où nous séjournons actuellement, est particulièrement concerné avec environ 10 000 piqûres par an. Sur 150 000 personnes piquées tous les ans au Mexique par un alacran, 800 à 1000 personnes en meurent, 72 % des décès concernant des enfants de moins de 5 ans. Il est donc nécessaire, en cas de piqûre de consulter un médecin et de lui apporter le cadavre ou la photo de l'animal coupable car toutes les espèces ne sont pas également venimeuses. La plupart des piqûres ont lieu dans les domiciles, les scorpions ayant la fâcheuse tendance de se cacher dans les lits, les vêtements, les chaussures. Prudence donc et surtout consultation nécessaire en cas de piqûre, surtout quand la victime est un enfant. Il existe aujourd'hui des sérums efficaces.

ET MAINTENANT LE COTE AMUSANT DE L'ANECDOTE

Eh oui, j'ai failli être piqué aujourd'hui par un scorpion. A cause de mon imprudence. J'avais laissé sécher mon maillot de bain, non loin de la piscine, à un clou planté dans un mur du jardin. Or, les scorpions se déplacent facilement sur les murs, et il faut dire que la résidence est proche de ravins envahis de broussailles ce qui favorise les scorpions.

Quand j'ai commencé à enfiler mon maillot de bain en vue de sauter dans la piscine, j'ai vu tomber au sol le scorpion qui s'était nuitamment réfugié dans le vêtement. Il s'agissait d'un beau spécimen d'un bon 4 cm de long, gras et joufflu avec un joli dard. S'il avait été coincé entre le tissu et la peau, une seconde plus tard, j'aurais sans doute été piqué cruellement dans mon intimité, et bon pour l'hôpital, tout comme mon beau fils piqué au lit l'an dernier par un animal de seulement 2,5 cm. Ayant ressenti une certaine terreur rétrospective, j'avoue avoir tué l'animal avec une bouteille d'eau minérale qui traînait là, puis je l'ai montré à une Mexicaine qui m'a dit que ce n'était pas l'espèce la plus dangereuse. Ouf ! Elle a voulu que je sépare le dard de la queue, mais je ne sais pas pourquoi. Pour rendre le cadavre inoffensif, ou peut-être parce qu'on considère parfois que l'ingestion de queues de scorpion est protectrice contre des piqûres ultérieures. Toujours est-il que je n'ai pas envie de consommer ce genre de bestiole...

En conclusion, face à ce vrai problème de santé publique, il convient de se montrer prudent... tout en admirant les merveilles de la nature, car en matière de prédateur, le scorpion est un vrai modèle d'efficacité avec ses fortes pinces et sa lance empoisonnée.

Complément d'information ici :

http://www.jle.com/e-docs/00/04/16/4D/article.phtml

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :