Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a quelque chose de pourri... (Shakespeare) en République française

Comment peut-on se permettre ce genre d'infamie ? Copie d'écran du site Huffingtonpost.fr

L'actualité et la mise en perspective des différents événements, a de quoi justifier ce coup de gueule, dont l'inspiration m'est venue en faisant la vaisselle. Explication : j'étais en train de gaspiller des litres d'eau pour laver quelques assiettes, eau claire qui au Mexique n'est pas jugée assez potable pour être consommée, si bien qu'on achète de l'eau purifiée, mais eau claire qui aurait certainement été jugée parfaitement consommable par les Philippins, victimes d'un terrible typhon, et qui risquent l'épidémie à boire aux sources troubles dont ils disposent.

A ce propos, il ne faudrait pas que l'actualité, selon son habitude, oublie trop vite ces sinistrés, avant même que les donateurs potentiels aient pu remplir les caisses des associations comme la Croix Rouge.

Et pendant que je songeais à ces populations privées d'abris tentant de survivre, les Français, éternels mécontents, poursuivaient leurs mouvements de lutte et leurs manifestations. Même la police se sent mal lotie...Certes, les mécontents ont le droit, et même le devoir de s'exprimer, de revendiquer dans un esprit démocratique une amélioration de la politique nationale, mais qu'ils cessent de casser : ils ne veulent pas payer d'impôts, et en plus, leur vandalisme risque de coûter fort cher au budget national. Qui va payer ? Je me pose la question suivante : parmi tous ces mécontents voire casseurs qui ne veulent pas contribuer à l'impôt, et réclament du pouvoir d'achat supplémentaire, combien vont quand même s'offrir des sports d'hiver, le dernier téléphone mobile, et du foie gras à la fin de l'année ? Combien vont profiter de l'aide sociale et des allocations diverses ? La misère contre laquelle ils protestent est TRES RELATIVE par rapport à celle de ceux qui actuellement aux Philippines, ne cherchent qu'à sauver leur peau, qu'à fuir la mort.

Enfin il y a l'affaire de la fameuse « une » raciste d'un périodique que je ne citerai même pas, car il ne faut pas faire de pub à un torchon. Même pas bon pour faire du papier hygiénique. Mais le coup de pub est quand même réussi. Bien sûr, on ne peut que condamner ce type d'outrage frappant une personnalité aussi respectable que Madame Taubira. Mais il faut aussi se poser la question de la poussée du racisme en France, qui va de pair, qui coïncide avec celle de l'extrême droite, quoi qu'on en dise. Cela fait peur de constater que les racistes, les xénophobes, les antisémites, les homophobes, ne se cachent même plus, se croyant soutenus par une minorité grandissante. Déjà une candidate d'extrême droite s'était permis – il faut bien le rappeler - de lamentables comparaisons simiesques, grimaces qui n'étaient que le reflet de sa triste personnalité, sur un réseau social.

Il est grand temps que les humanistes, les vrais démocrates, les vrais républicains, se mobilisent pour restaurer bien des valeurs en perdition. Et que la droite traditionnelle cesse de faire des clins d’œil aux ultras.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :