Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Les cyclistes n'étant jamais que des piétons sur roues, le courant passe généralement bien entre les vélocipédistes et les coureurs à pied, solidaires, qui endurent de la même manière le froid, la chaleur, le vent et les côtes. Courant de sympathie faisant que l'on se salue aimablement, que l'on se croise, ou que l'on se dépasse.

Mais quel est, de la course à pied ou du vélo, le mode de locomotion le plus efficace et le plus rapide ? Assurément, en terrain plat ou varié, c'est la bicyclette car il me semble que nul piéton, même champion, ne pourrait accomplir sur route une centaine de kilomètres à 25 km/h de moyenne ce qui est à la portée d'un cycliste un peu entraîné.

Cependant, dans une bonne côte ça se dispute et ça se discute, je peux en témoigner ayant eu ces jours-ci un coureur à pied en point de mire à 100 mètres devant moi. Dans la côte à 10 %, de la subida à Chalma à Cuernavaca, j'ai d'abord peiné sur mon VTT pour le rattraper ce qui a été rendu possible quant la montée a légèrement fléchi. Je l'ai doublé en échangeant quelques mots et même lâché. Mais quand le tronçon est passé à 12 %, j'ai entendu le souffle du coureur se rapprocher, et dans la partie à 15 % j'ai été largement doublé. Le piéton a augmenté son avance jusqu'à ce que la pente faiblisse à nouveau, ce qui m'a permis de le dépasser une seconde fois et même de lui prendre une centaine de mètres.

A l'arrivée au sommet, nous avons soufflé et sympathisé, et c'est ainsi que j'ai su que ce sportif de 63 ans, donc mon cadet, est un compétiteur passionné participant à de longues épreuves dans les hautes montagnes mexicaines. Au retour, dans la descente, je ne lui laissé aucune chance mais c'est vrai qu'on pourrait faire équipe en run and bike, moi côté bike bien sûr ! Et lui côté run.

Et surtout il avait été démontré que les pentes raides donnent un avantage au piéton sur le cycliste, qui reprend la main quand la pente diminue.

Les deux efforts sont très différents. La course à pied est plus dure que le vélo (sport assis) au plan articulaire car le pédalage est moins heurté, plus arrondi, que la foulée. Par contre, plus la côte est rude, et plus le cycliste ressent le poids de sa bécane, pourtant assez négligeable sur le plat.

Run and bike dans la subida (montée) : qui va le plus vite ?
Tag(s) : #Sport, #Vélo, #Randonnée, #Vie quotidienne, #Mexique, #MA RUBRIQUE DU VELO

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :