Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Une fois de plus une pharmacie d'Autun, celle de l'Arbalète, fait du bon travail d'information à destination du grand public, donc des passants s'arrêtant un instant devant la vitrine, où sous le titre « Aïe ça pique » le pharmacien traite avec pertinence d'un sujet de saison.

Sujet de saison car c'est en été que nous sommes le plus souvent victimes des piqûres diverses qui peuvent nous pourrir la vie et pire nuire gravement à notre santé.

De grands panneaux évoquent donc, en termes clairs, trois grands vecteurs de maladies ou d'accidents.

Les guèpes sont dangereuses en cas d'allergie à leur venin et peuvent entraîner un oedème de Quincke.

Les moustiques transmettrent aux humains de nombreuses maladies, mais ce sont surtout les voyageurs se rendant sous les tropiques qui peuvent craindre, entre autres, la malaria ou la dengue. J'y suis vigilant quand je suis au Mexique.

Par contre les tiques sont proches de nous, quasiment très présentes dans toutes les forêts (et ailleurs) et ce risque est encore insuffisamment pris en compte alors que cet acarien transmet des maladies toxiques, parasitaires, virales ou bactériennes, dont la maladie de Lyme qui deviendrait de plus en plus fréquente en France et provoque de très lourds handicaps, alors qu'elle est curable si soignée à temps. Sont particulièrement menacés les randonneurs, les travailleurs forestiers et les chasseurs.

Un conseil donc : arrêtez-vous un instant devant la pharmacie de l'Arbalète, découvrez les produits de prévention qui complètent les panneaux, et parlez-en à votre pharmacien qui sera de bon conseil. Il est utile si vous sortez en forêt de posséder un tire-tique qui vous débarrassera proprement de l'animal avant qu'il n'ait eu le temps de vous contaminer.

Quant aux chiens, il est bon de les traiter avec un produit préventif. Et ça contribue à éliminer les acariens.

J'ajouterai qu'il me semble urgent que les pouvoirs publics prennent davantage en compte ce problème de santé.

Pour conclure : c'est sans doute la voie de la prédation qui peut être utilisée pour diminuer le nombre de tiques, et cette voie de la prédation, c'est celle de la biodiversité qui est à préserver et à développer !

Tiques, guêpes, moustiques, aïe ça pique !
Tiques, guêpes, moustiques, aïe ça pique !
Tag(s) : #Nature, #Santé

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :