Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les lecteurs de ce blog savent que j'aime bien les vaches, surtout ces charolaises blanches qui rythment les paysages du Morvan. Quand je sors tôt le matin à vélo je vois souvent ces paisibles troupeaux s'ébranler brusquement et se mettre à galoper : cela n'a rien à voir avec mon passage, mais c'est parce que ces ruminantes ont aperçu de loin la voiture chargée de sacs de leur patron, du fermier dont elles attendent la visite, dont elles reconnaissent le véhicule, arrivant pour leur offrir un complément alimentaire dont elles raffolent ce qui les amène à courir au rendez-vous.

Occasion aussi, pour moi, de bavarder un peu avec l'agriculteur me précisant aimablement que cette nourriture s'ajoutant à l'herbe verte est à base de céréales, naturelle donc. En période de sécheresse, elle doit parfois y suppléer. A une époque où les robes plus foncées des vaches limousines (marron clair ou couleur froment) se rencontrent plus souvent en Saône-et-Loire, (cette race rustique exigeant moins de surveillance), l'éleveur avec lequel j'ai bavardé s'est dit résolument fidèle à la race charolaise qui est vraiment de la région puisque la ville de Charolles se trouve au sud du département.

En la matière je n'ai pas assez de connaissances pour en juger, mais photographiquement parlant, j'avouerai que la robe des charolaises joue mieux avec la lumière et contraste mieux avec la verdure du bocage que celle de leurs brunes cousines importées d'une autre belle région rurale...

Cliquez sur les images pour les agrandir et détailler combien certaines vaches observent leur patron.

Les vaches charolaises à la rencontre de leur patron
Les vaches charolaises à la rencontre de leur patron
Les vaches charolaises à la rencontre de leur patron
Tag(s) : #Environnement, #Traditions, #Autun, #Vie quotidienne

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :