Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Comparer les étiquettes, d'un magasin à l'autre, n'est pas tellement dans mes habitudes, mais il me fallait bien essayer une fois… pour partager ensuite l'expérience

En matière de distribution, ou de grande distribution, toutes les enseignes se prétendent moins chères ce qui est de bonne guerre publicitaire, et finalement le consommateur prend ses habitudes dans un magasin ou un autre, espérant aussi faire des économies grâce à sa carte de fidélité. On trouve bien sûr des comparateurs sur le net, mais celui que j'avais trouvé obligeait à s'inscrire avant de fournir les précisions attendues, et à s'offrir un abonnement, ce que je ne souhaitais pas.

Alors je me suis dit que je pouvais comparer les prix moi-même.
 

J'ai donc établi une petite liste de produits courants, de marques connues, donc facilement identitiables, puis je suis allé dans le supermarché dont je ne suis pas un habitué, pour me procurer pâtes, sauce italienne, biscuits, vin, bière, cassoulet, thon, café, kiwis. Achats accomplis, avec ma facture, je me suis rendu dans mon supermarché habituel pour comparer.

 

UNE DIFFERENCE BIEN PLUS IMPORTANTE QUE PREVU !

Et je me suis rendu compte que ça vaut vraiment le coup de faire jouer la concurrence. En effet, ce qui m'aurait coûté 26,71 euros d'un côté ne valait que 22,79 euros de l'autre soit une différence de 3,92 euros, soit 17,2 % d'écart entre le meilleur marché et le plus cher (le meilleur marché étant, c'est à préciser, un hyper plutôt qu'un super). Je me doutais bien qu'il y avait un petit bénéfice à attendre, mais je ne pensais pas qu'il puisse être si important. Quelques jours avant, j'avais fait le même constat, dans les mêmes magasins, avec les mêmes résultats, en ce qui concerne des produits non alimentaires comme des piles électriques, du dentifrice et du bain de bouche… et aussi un ananas (mêmes marque, poids, origine).

Ce test mériterait d'être complété, mais je pense qu'il est déjà éloquent, les plus grosses différences s'appliquant sur des produits bon marché auxquels on ne prête pas attention, par exemple ce paquet de 250 grammes de coquillettes « l'eusses-tu cru » valant d'un côté 79 centimes et de l'autre 99 centimes ce qui représente une différence de plus de 25 % (celle sur les biscuits de marque atteignant 20%)

Une différence qui ne paraît pas justifiée

Cet article n'a qu'un but ; vous inciter à comparer comme je l'ai fait, et non vous offrir un guide d'achat, c'est pourquoi je ne cite pas les magasins, lesquels, c'est à préciser, se trouvent dans la même ville à moins d'un kilomètre l'un de l'autre, chacun ayant, malgré les différences de prix, ses nombreux fidèles, tous ayant de bonnes raisons sans doute.

17,2 % appliqués aux courses du mois c'est peut-être un moyen de mieux supporter la hausse de la CSG de l'entreprise Macron, une hausse qui d'ailleurs est… incomparable…

UN SECOND RELEVE : 13% de différence

Jugeant cet article insuffisant j'ai attendu quelques jours pour le publier, puis j'ai renouvelé la même opération sur quelques produits alimentaires courants pour compléter l'article ce qui m'a permis d'avoir confirmation des différences

Portant sur des produits tels que le beurre, les œufs, les fruits, les légumes en conserve, la facture de l'hyper, de 8,22 euros est passée à 9,29 euros dans le super, soit 1,07 (13 %) de différence.

Je n'ai relevé qu'une tendance, mais je n'ai pas remarqué de cas notable où le phénomène soit significativement inversé.

Bien sûr, je n'ai comparé que ce qui était vraiment comparable, même marque, ou produits distributeurs de même gamme.

 

PS : La différence porte aussi sur le prix des cabas qu'on remplit, de 65 à 79 centimes, ça fait quand même 21 % de différence !

A bonne enseigne : comparer les prix pour faire des économies
Tag(s) : #consommation, #Vie quotidienne

Partager cet article

Repost 0