Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je me rends compte que le titre de cet article contraste avec ma série sur les Jardines de Mexico : ce n'était pas intentionnel !

Achetant ce matin La Jornada, version papier, j'ai été frappé par la force de la première page, consacrée à la Journée internationale de la Femme comme on dit au Mexique ou des droits des femmes comme on dit en France et dans certains pays.

Si je reprends quelquefois les articles de la presse mexicaine, c'est pour l'information qu'ils contiennent et aussi pour montrer que, quand on s'intéresse à un pays, il est important, pour en comprendre l'âme, tant de lire la presse que de parler avec les gens. Je souhaite donc que mes aimables lecteurs (et lectrices) aient de temps en temps un aperçu de la presse mexicaine, et merci à la Jornada.

Donc cette première page m'a frappé et j'en traduis le titre :

Nous ne voulons pas des fleurs, nous voulons des droits.

Le message est particulièrement clair, les femmes, à México, ayant manifesté en nombre pour dire halte aux féminicides, au harcèlement dans la rue et au travail, pour que soient respectés leurs droits en matière de sexualité et de procréation. Machisme et patriarcat, représentant un fardeau qui coûte des milliers de vies.

Quand on constate le sort quelquefois fait aux femmes, les hommes peuvent avoir envie, j'en suis, de plagier le fameux Je suis Charlie et de dire Je suis une femme. Si cette pensée était largement partagée, ce serait déjà un grand progrès, non ?

Sous la photo on lit que les femmes peuvent changer le monde et que sans elles rien ne bouge !

 

Les femmes : Nous ne voulons pas de fleurs...
Tag(s) : #femmes, #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :