Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spencer Tunick

Avertissement : Si la nudité humaine vous dérange, n'allez pas plus loin dans la lecture de cet article

Advertencia: si la desnudez humana le molesta, no vaya más lejos en la lectura de este texto

Envie de vous parler aujourd'hui d'un artiste contemporain à l’œuvre universelle et que l'on rencontre librement sur des milliers de pages de l'Internet à la portée de chacun, un artiste dont la principale caractéristique est de photographier en tous lieux imaginables des foules de personnes nues.

Rien qu'à cette description, vous aurez reconnu Spencer Tunick sur les images duquel on pourrait disserter fort longtemps. En fait, l’œuvre de Spencer Tunick, ce ne sont pas les clichés qu'il prend mais les installations toujours renouvelées qu'il compose et dont les représentations photographiques ne servent qu'à conserver la mémoire pour la postérité ou pour la diffusion contemporaine, car bien souvent un message y est lisible.

Les installations, et les prises de vues qui s'ensuivent, constituent en elles-mêmes des événements car on ne rassemble pas dix mille personnes, à poil, sur une place publique sans capter l'attention des médias.

Créativité permanente

Dans leur composition, les installations se renouvellent toujours qu'il s'agisse des mises en scène, de la lumière, des décors, des attitudes demandées à la foule des modèles toujours bénévoles et volontaires et qui n'hésitent pas, pour accomplir une œuvre collective, à vaincre certains préjugés.

D'ailleurs, à la limite, d'aucuns pourraient considérer leur présence sur la voie publique comme délictueuse, comme une atteinte à la pudeur. L'important réside cependant dans les choix de l'artiste quant à l'intégration de multiples corps humains tant à la nature qu'à un environnement urbain. Si les corps devenus minuscules dans la foule ne ressemblent plus parfois qu'aux touches d'un tableau impressionniste, il y a aussi une autre dimension, la plus importante, celle de la nature humaine toujours lisible de cette manière picturale vivante.

En acceptant toutes les morphologies, en ne sélectionnant pas les modèles en fonction d'une plastique parfaite, bien que la beauté soit très présente, en mélangeant sans vergogne les hommes et les femmes, en autorisant les attitudes les plus sophistiquées ou au contraire décontractées, Spencer Tunick définit donc une nouvelle vision du corps humain, restaurant le caractère naturel de la nudité, rendant absurde les tabous la concernant, faisant que gros ou maigres, à peau claire ou foncée, laids et beaux, jeunes et vieux retrouvent une égalité totale leur offrant la même place dans l'humanité.

Corps allongés sur des rails, debout du parterre aux balcons d'un théâtre, disposés sur les pentes enneigées d'une montagne, entassés au pied d'un immeuble, couchés sur une immense place publique, recouvrant le pavé d'une allée ombragée, formant un pont au dessus d'un canal, posant au musée, faisant le poirier dans un site mexicain, fleurissant dans un jardin, s'invitant dans d'enivrantes vendanges, formant les ailes d'un moulin hollandais ou s'intégrant aux rochers de l'estran...Spencer Tunick a travaillé dans les plus grandes capitales comme dans les milieux naturels les plus précieux, avec des foules toujours plus importantes dépassant parfois les dix mille personnes. Ses photos susceptibles parfois de contenir un message politique, pour la paix, pour l'égalité des sexes, pour le respect de l'environnement, plaident aussi pour une humanité belle, sans artifice, riche de naturel, appréciant la caresse de l'air et du soleil sur la peau, peu soucieuse de ce que voudraient imposer les modes d'aujourd'hui, par exemple en matière de silhouette ou de pilosité.

Hommage à l'humanité

Hommage à l'humanité, ces photos représentent aussi un moyen de lutter contre l'oppression et contre le sexisme dont le vêtement, les modes et les interdits peuvent être les vecteurs.

Il ne vous reste plus qu'à observer les quelques images que j'ai choisies, des femmes et des hommes beaux sur une terre qui est encore belle. A nous de préserver toute cette beauté, avec ou sans culotte. Car le corps dénudé est aussi un outil pouvant sensibiliser à la fragilité de l'environnement dans lequel nous vivons, à la fragilité humaine face à la machine, c'est du reste l'objectif des randos de cyclistes déshabillés...

Alors si l'occasion s'en présente, pourquoi ne pas répondre spontanément « oui » à un appel de l'artiste. Ce doit être enrichissant que de participer à un tel événement !

J'ajouterai enfin deux remarques. D'aucuns pourraient formuler des objections quant au caractère figé des installations : je les invite alors à regarder les vidéos montrant les étapes de leur composition, l'oeuvre étant davantage, je le rappelle, l'installation elle-même que la photo qui la représente. Quant à l'indécence qui pourrait être reprochée à ces œuvres, je pense qu'elle se trouve diluée dans ces multitudes qui devenant fraternelles ne laissent plus de place à l'impudicité mais favorisent la complicité naturelle des participants à une œuvre collective.

Deux vidéos parmi bien d'autres qui montrent l'atmosphère présidant aux installations :

https://www.youtube.com/watch?v=QHohURvnZhM

https://www.youtube.com/watch?v=x0-jzRlZMeM


 

Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Spencer Tunick  : il déshabille l'humanité pour la bonne cause
Tag(s) : #Art, #Environnement, #Actualité, #Edito, #Culture

Partager cet article

Repost 0