Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Quand on voyage ou séjourne à l'étranger les questions d'argent peuvent se faire un peu plus complexes que chez soi. Je ne parle pas de difficultés financières mais de questions pratiques, d'autant plus que chaque pays peut posséder ses spécificités et qu'on peut y pâtir d'incidents. Ainsi qui ne s'est jamais trouvé perplexe devant une billetterie dont le fonctionnement est différent (et plus complexe) de celles de l'Hexagone et qui de surcroît parle une langue que l'on maîtrise plus ou moins bien, d'où la crainte de se faire manger le précieux rectangle de plastique ?

On peut aussi, à l'étranger, être confrontés à des problèmes jamais rencontrés en France. Ainsi, à plusieurs reprises, au Mexique, je n'ai pas pu obtenir d'argent d'une billetterie ce qui n'a pas empêché ensuite mon compte d'être débité de la somme initialement demandée. Il m'a fallu plusieurs semaines et des justificatifs pour en obtenir le remboursement auprès de ma banque ce qui n'arrange pas toujours la trésorerie.

Dans d'autres situations, en cas d'échec du retrait à une billetterie, j'ai vu apparaître sur mon compte (consulté sur le net) la somme débitée et la même somme re-créditée automatiquement le jour même. Alors pas de problème.

Mais cette année, j'ai été confrontée à des bizarreries nouvelles. Pourquoi par exemple mon supermarché favori  accepte-t-il ma carte bancaire un jour faste et la refuse-t-il le lendemain, jour néfaste, ce qui m'oblige à régler en liquide ? Encore faut-il, d'ailleurs, pour ce faire, avoir trouvé une billetterie qui ne soit pas vide,ou qui ne refuse pas de fonctionner, ce qui arrive trop souvent.

Autre point crucial. Tout récemment, ma carte bancaire ayant été refusée par le terminal du commerçant, j'ai reçu fort heureusement un ticket de non transaction, et je me suis senti rassuré. Erreur. Peu de temps après, la somme déboursée, changée en euros, figurait quand même, en débit, dans les encours de mon compte. Et juste au dessus (oui au dessus) apparaissait le remboursement de ladite somme mais amputé de plus de 11 euros soit environ 10 % de la somme en cause. Un comble alors que je l'avais payée en monnaie locale, donc en pesos.

J'ai immédiatement envoyé un e-mail à mon conseiller bancaire, lui demandant le remboursement tout en formant l'hypothèse que le taux de change avait été appliqué deux fois, donc à chaque opération de débit et de crédit.

Ce qu'il m'a confirmé (j'avais vu juste) en ces termes : Effectivement, notre processus standard de traitement applique une commission de change à chacune des deux opérations.

Il m'a aussi annoncé un remboursement immédiat qui s'est avéré effectif.

J'ai remercié mon conseiller pour sa remarquable réactivité et pour m'avoir donné satisfaction.

Mais je me suis dit, quand même, que si pour 2 opérations la commission est de 10 %, pour une seule opération elle est donc de l'ordre de 5 %, ce qui n'est pas rien.

UN SACRE TRIBUT AUX BANQUES

Cela se fait discrètement, sans figurer clairement sur les relevés bancaires, mais il faut savoir que, quand on se balade en dehors de la zone euro, on laisse sans toujours s'en rendre compte un sacré tribut aux banques, dès qu'on sort sa petite carte magique. Hélas, il n'y a pas vraiment d'alternative…

Ah si ! Je pourrais peut-être me procurer un porte-monnaie magique auprès d'un de ces marabouts qui viennent fâcheusement faire leur pub dans ma rubrique de commentaires et auxquels je n'accorde pourtant nul… crédit !

Document : Il est toujours utile de s'informer, pour voir si on n'a pas laissé trop de plumes dans la transaction !


 

Curieux débits : En voyage ou séjour à l'étranger, questions de gros et petits sous...
Tag(s) : #Mexique, #Vie quotidienne, #Pratique

Partager cet article

Repost 0