Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec le mot col, le lieu-dit a plus d'allure (photomontge DA)
Avec le mot col, le lieu-dit a plus d'allure (photomontge DA)

Je ne suis pas prétentieux mais... le col est monté***

A l'imitation des coureurs qui leur servent de modèles, les cyclistes amateurs, dont je suis, préfèrent monter un vrai col plutôt qu'une simple côte, fut-elle difficile, car le mot « col » contient quelque chose de prestigieux fleurant bon le Tour de France.

C'est pourquoi j'adresse cet article aux élus locaux désireux de promouvoir leur région sans trop amputer les finances publiques car en ce qui concerne la région du Morvan et de ses franges, il y a là une mine à exploiter

En effet, il est paradoxal de constater que le Morvan, bien que riche en reliefs, est pauvre en COLS RÉPERTORIÉS. J'en ai bien dégotés trois qui le soient : Le Rebout, au pied du mont Beuvray, à 615 mètres, le col de Montvigne, au Nord de Lormes, avec le peu de prestige de ses 361 mètres, et le col des Pasquelins, vers Arleuf, assez facile malgré ses 674 mètres. Par contre le Haut-Folin, à 901 mètres, n'est pas considéré comme un col. Pas plus que le sommet du mont Beuvray à plus de 800 mètres...

Cependant, il y a en Saône-et-Loire de vrais cols géographiques, dont la définition est d'être une porte, d'être un passage entre deux monts, en faisant communiquer les versants ou les vallées.

Je pense que si les communautés de communes recensaient les vrais cols géographiques, les nommaient, les faisaient connaître, ils pourraient attirer, par exemple dans la région d'Autun, des cyclotouristes, donc de la clientèle, qui viendraient les ajouter à leur collection dénivelée, car les grimpeurs de cols sont collectionneurs et font même partie d'associations spécialisées, comme le club des Cents Cols.

Récemment j'avais évoqué sur ce blog la Croix Vermont qui au nord d'Autun, à 519 mètres, entre Barnay et Lucenay-L'Evêque est un vrai col traversant de surcroît une voie romaine.Mais n'est pas répertorié.

J'en ai grimpé un autre ce matin pour la nième fois : il est situé au lieu-dit Les Blanchots, sur la D120 entre Autun et Broye. il est plus jolie encore en venant de Broye. Il unit la vallée du Mesvrin à celle de l'Arroux, culmine à 563 mètres, n'est pas difficile, et franchissant le massif de la montagne d'Autun, il sépare la montagne Saint-Sébastien (611m) ,la montagne de Guénand (658m) et le signal de Montjeu (668 mètres) de la Coiffe du Diable (605 m) dans la forêt de la Planoise. Le hameau des Blanchots marque donc un vrai col géographique et je me promets d'en trouver d'autres du même genre et de les signaler ici.

***Pour conclure, je vais prendre les devants de ce qu'aurait pu écrire mon ami Stef en commentaires :

Bien qu'à l'école de la montée des cols, je ne me sens pas collet monté parce que le col est monté !

Voir aussi ici : http://monpetitjournaldicietdailleurs.over-blog.com/2016/08/un-col-a-decouvrir-au-dessus-de-barnay-les-romains-y-passaient-deja.html

Il n'y a plus qu'à changer la signalisation
Il n'y a plus qu'à changer la signalisation

Il n'y a plus qu'à changer la signalisation

Tag(s) : #MA RUBRIQUE DU VELO, #Tourisme, #Vélo

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :