Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Français, des moutons faisant la queue à la pompe, ils feraient mieux de rouler à vélo

Nous vivons en pleine hystérie à propos de la fausse pénurie de carburant dont la principale cause, dans les stations services, est l'affolement et l'indiscipline des gens qui viennent, de peur de manquer, faire des pleins et remplir des jerrycans dont ils n'ont pas forcément besoin.

Hystérie que le Journal de Saône-et-Loire a évoquée intelligemment, notamment dans le billet intitulé "Les vapeurs d'essence finissent par monter à la tête" et soulignant que dans la foulée, on a même vu des gens faire des provisions de sucre, grand bien à leur diabète ! Il pourront même en mettre dans leur réservoir d'essence, ce qui est un excellent moyen pour n'en plus consommer!

A Autun cependant, jusqu'à ce matin, il n'y avait pas de problème d'approvisionnement mais si tout le monde se précipite vers la capitale éduenne, cette situation risque d'évoluer...

Bravo donc au JSL avec un bémol car le journal continue à utiliser des expressions inappropriées. Ainsi il a indiqué que les stations limitaient le débit à 35 euros par plein : mais à ce prix-là, pour beaucoup, ce n'est pas un plein, et donc l'usage du mot était impropre tout comme l'était hier l'expression :" la Saône-et-Loire tire la langue" ou encore cette légende des bovins qui passent "entre les mains" de l'abattoir d'Autun.

Pour revenir à la crise du carburant, je vous confierai qu'en bon citoyen je n'ai pas jugé utile d'ajouter 15 litres aux 20 litres qui se trouvent déjà dans mon réservoir. Par contre j'ai pris plaisir à faire le tour de la ville à vélo pour faire le point d'une situation pas encore inquiétante, me disant que certains conducteurs par leurs recherches d'une station d'une ville à l'autre, et par leurs temps d'attente, car les files s'allongent, doivent consommer autant que ce qu'ils finiront par obtenir.

Cette balade fut l'occasion de bavarder avec mon facteur, préposé des Postes qui est aujourd'hui équipé d'un vélo électrique ce qui lui permet d'avoir un peu d'activité physique sans s'épuiser dans les côtes chargé de 40 kg de courrier. Et ainsi de continuer son service...sans auto.

Là est la solution pour les gens qui ne peuvent pas faire plus de 500 mètres sans sortir leur voiture du garage, et pour ceux pour lesquels le vélo électrique et non polluant est le moyen d'aller faire des balades en forêt sans s'éreinter. Mon premier vélo d'adulte, je l'avais acquis à l'occasion de la crise pétrolière de 1973, démarche que je n'ai jamais regrettée, même si bien sûr j'ai changé, depuis, plusieurs fois de monture.

POUR CONCLURE SUR LE CARBURANT je dirai que si à l'annonce de barrages syndicaux devant les dépôts et raffineries les gens s'étaient disciplinés, avaient réduit leur consommation dans la mesure du possible, et s'étaient bien gardés de faire des réserves dépassant leurs besoins, on n'aurait même pas eu à utiliser le mot pénurie.

Dans cette affaire, les Français ne sont pas des veaux comme le disait le Grand Charles, mais ce sont sûrement des moutons !

A Savoir : En ville, 4 km c’est en moyenne 27 minutes en voiture, 18 minutes en bus et 12 minutes à vélo. A Paris, la vitesse moyenne d’une voiture est de 13km/h, contre 15km/h pour un vélo et 18km/h pour un vélo à assistance électrique (source ADEME).

Les Français, des moutons faisant la queue à la pompe, ils feraient mieux de rouler à vélo
Tag(s) : #Actualité, #Vélo, #Infos

Partager cet article

Repost 0