Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réforme de l'ortofrafe : que de mos pour les mos !

Avec exagération, peut-être, voici à quelle littérature (je caricature) nous sommes promis à moyen ou long terme :

Les mos ne sont pas que des sons, et si je panse, comme Erik Orsenna - qui n'émerè pas qu'on l'apela Eric Orsena - que la gramère est une chanson douce, je panse aussi que l'ortografe, même d'un texte inprimé, contient une part de caligrafie, qu'un mot pocède une image visuelle en dehors meme de sa composicion en letres.

C'est pourquoi je n'imagine pas le chene, ni le frene, sans leur frondaison circonflexe, l'éléfant sans le ph lui conférant plus de poids comme les jambes suplémentaires du mamout participent à l'assise à l'antike pachiderme.

Mais l'ortografe tarabiscotée fait mieu que d'ériger un beau texte en autantique tablo visuel. D'une part ses particularités contienent une part d'étimologie nous renségnan sur l'origine du mot, en permettant l'arkéologie, afin d'en connaître l'assendance, ofrant ainsi, fort culturelement, d'en retrouver la racine latine, greke, ou... anglo-saxone.

D'autre part la précision ortografique présente l'avantage de diférencier les omonimes, particulièremen omografes, précisions indispensables aux noms propres car je n'émerais pas que les Arnaud et les Arnault signassent tous Arno lequel est un fleuve toscan. Je préférerais aussi continuer à porter un verre, plutôt qu'un ver (de terre) à ma bouche et sans devenir ditiranbike conserver le sens de l'effor sans lequel la motivation se perd face aux dificultés, préférant acroitre mes capacités musculéres plutôt que de voir aplani le chemin escarpé conduisant au somet d'une montagne. Et la belle ortografe en est une...

Tout cela pour dire que j'ai bien peur que la réforme de l'ortografe, visant à simplifier, à l'usage de nos chers petits, l'aprentissage de la langue française , mais contribuant à niveler le savoir par le bas, ne deviene un premier pas vers son afadisseman, vers la destruction progressive de sa personalité, d'autant plus que la révolution ortografique, tout en aportant des sinplifications, continuera à admettre l'anciene forme des mots. Pour les puristes il y aura de quoi s'y perdre. Notre idiome est déjà assez polué par de trop nombreus aports étrangers. Aussi, jouer avec mos nous promè plus de mos que de biens et c'est pourquoi je crains les effets pervers de cette réforme de l'ortografe nous garantissant à terme un véritable sabotage de la langue française.

Et pour vous mettre la cédille sur les « i » j'ajouterai qu'il ne faudrait pas que le réformateur bête à manger du son nous pri pour des çons

Certes le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale (la belle qui s'aime) a confirmé que

« ces règles sont une référence mais ne sauraient être imposées, les deux orthographes sont donc justes. »

Mais à mon humble avis l'aplication de la réforme datant de la fin du siècle dernier représente bien un movès coup contre la langue de Molière qui, la povre, n'en avait pas besoin...

*********************************************************

Mon texte d'origine : Les mots ne sont pas que des sons, et si je pense, comme Erik Orsenna - qui n'aimerait pas qu'on l'appelât Eric Orsena - que « la grammaire est une chanson douce », je pense aussi que l'orthographe, même d'un texte imprimé, contient une part de calligraphie, qu'un mot possède une image visuelle en dehors même de sa composition en lettres.

C'est pourquoi je n'imagine pas le chêne, ni le frêne, sans leur frondaison circonflexe, l'éléphant sans le ph lui conférant plus de poids comme les jambes supplémentaires du mammouth participent à l'assise à l'antique pachyderme.

Mais l'orthographe tarabiscotée fait mieux que d'ériger un beau texte en authentique tableau visuel. D'une part ses particularités contiennent une part d'étymologie nous renseignant sur l'origine du mot, en permettant l'archéologie, afin d'en connaître l'ascendance, offrant ainsi, fort culturellement, d'en retrouver la racine latine, grecque, ou... anglo-saxonne.

D'autre part la précision orthographique présente l'avantage de différencier les homonymes, particulièrement homographes, précisions indispensables aux noms propres car je n'aimerais pas que les Arnaud et les Arnault signassent tous Arno lequel est un fleuve toscan. Je préférerais aussi continuer à porter un verre, plutôt qu'un ver (de terre) à ma bouche et sans devenir dithyrambique conserver le sens de l'effort sans lequel la motivation se perd face aux difficultés, préférant accroître mes capacités musculaires plutôt que de voir aplani le chemin escarpé conduisant au sommet d'une montagne. Et la belle orthographe en est une...

Tout cela pour dire que j'ai bien peur que la réforme de l'orthographe, visant à simplifier, à l'usage de nos chers petits, l'apprentissage de la langue française , mais contribuant à niveler le savoir par le bas, ne devienne un premier pas vers son affadissement, vers la destruction progressive de sa personnalité, d'autant plus que la révolution orthographique, tout en apportant des simplifications, continuera à admettre l'ancienne forme des mots. Pour les puristes il y aura de quoi s'y perdre. Notre idiome est déjà assez pollué par de trop nombreux apports étrangers. Aussi, jouer avec ses mots nous promet plus de maux que de biens et c'est pourquoi je crains les effets pervers de cette réforme de l'orthographe nous garantissant à terme un véritable sabotage de la langue française.

Et pour vous mettre la cédille sur les « i » j'ajouterai qu'il ne faudrait pas que le réformateur bête à manger du son nous prît pour des cons.

Certes le cabinet de la ministre de l’Éducation nationale (la belle qui s'aime) a confirmé que « ces règles sont une référence mais ne sauraient être imposées, les deux orthographes sont donc justes. »

Mais à mon humble avis l'application de la réforme datant de la fin du siècle dernier représente bien un mauvais coup contre la langue de Molière qui, la pauvre, n'en avait pas besoin...

 

 

 

Copie de l'écran de France 2

Copie de l'écran de France 2

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :