Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Biodiversité citadine : Fines guêpes à Cuernavaca : une colonie point trop envahissante

Biodiversité citadine : Fines guêpes à Cuernavaca : une colonie point trop envahissante

Et pour terminer cette journée un sujet un peu moins austère, un peu plus léger, léger comme l'insecte aérien et agile que je vais évoquer. Vous savez qu'à Cuernavaca je multiplie les rencontres entomologiques. Cuernavaca est une grande ville dont l'agglomération flirte avec le million d'habitants, ce qui n'empêche pas sa faune d'être très riche. C'est ainsi que nous avons découvert, dans une anfractuosité de l'une des chaises longues (en plastique) apportant du confort au jardin, un nid de guêpes.

Rassurez vous, un tout petit nid, de toutes petites guêpes. Si en France se rencontrent les colonies géantes et dangereuses de guêpes qui recherchant leur nourriture dans l'environnement des humains peuvent causer de douloureux désagréments, il n'en est pas de même pour cette agglomération de quelques cellules, certaines pleines (habitées par des larves?) et d'autre encore vides, recevant les soins de quelques ouvrières de petite taille et qui ne se montrent pas envahissantes.

Je n'ai pas pu déterminer avec précision cette espèce d'hyménoptères sociaux, proche des abeilles, et qui comme elles ont dans la nature une précieuse mission de butineuses à remplir, en favorisant la pollinisation et donc la fécondation des fleurs

Toujours est-il qu'il s'agit bien de petites guêpes portant au Mexique le nom d'avispa ce qui fait penser aux noms latins utilisés en France et ailleurs : vespula pour les guêpes et vespa pour les frelons (même mot pour ces scooters dont la taille étranglée faisait penser à des insectes sociaux)

Bien entendu, je n'ai rien fait pour déranger cette petite colonie inoffensive, sinon de leur donner un coup de flash pour disposer d'une photo bien nette ; les quatre guêpes étaient d'ailleurs trop occupées pour se laisser distraire de leur travail.

Contentons nous d'observer la nature en nous réjouissant de la voir venir à nous !

A PROPOS DE LA BIODIVERSITÉ CITADINE

Je suis toujours plus convaincu que la ville a un rôle à jouer dans la biodiversité de la Planète. En effet, les agglomérations humaines, bien que bétonnées et polluées, offrent aux animaux et aux plantes des habitats variés et aussi maints refuges (par exemple cette anfractuosité dans un meuble en plastique, mais aussi les greniers et chéneaux, les fissures dans les murs, les points d'eau dans les jardins, les amoncellements d'objets, les très nombreuses plantes cultivées ou sauvages).

De surcroît, malgré la pollution qui n'est pas toujours fatale pour les insectes, la ville fait sans doute l'objet de moins de traitements aux pesticides, ou du moins de traitements moins systématiques et étendus, que les grandes cultures de la campagne.

Les villes seraient-elles le dernier havre de maintes essences et espèces ? Respectons donc, ici ou ailleurs, les espèces citadines ou du moins celles qui se montrent inoffensives car il ne serait pas raisonnable de favoriser les scorpions et autres moustiques pathogènes. Comme il serait préjudiciable de les éradiquer totalement...

Biodiversité citadine : Fines guêpes à Cuernavaca : une colonie point trop envahissante
Biodiversité citadine : Fines guêpes à Cuernavaca : une colonie point trop envahissante
Tag(s) : #Nature, #Environnement

Partager cet article

Repost 0