Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A propos du « brûlot » de l'ancienne Première dame : de la nécessité de statuer sur cette fonction

L'histoire ne s'écrivant pas à chaud, car il faut donner du temps au temps, le bouquin qui remporte actuellement un succès record en librairie ne saurait être vraiment crédible.

Je partage avec le Premier Ministre ce « certain dégoût » qui pour moi serait plutôt un « dégoût certain » pour l'auteure d'un brûlot que je ne citerai pas, car actuellement, les médias ne lui font que trop de publicité.

Ce livre de l'ancienne Première dame - le mot dame contenant une connotation noble ne convenant plus vraiment à l'intéressée - je ne l'achèterai pas, je ne le lirai pas, je ne le commenterai donc pas. Mais d'après les propos qu'ils suscite, d'après les mises au point qu'il provoque, dont la réaction présidentielle, j'avancerai qu'une personne ayant accepté la position de Première dame, ayant vécu à l’Élysée, ayant baigné dans la confidence du pouvoir, ayant peu ou prou représenté la France, ayant bénéficié d'un certain nombre d'avantages pendant un an et demi aux frais de la République, ayant appris professionnellement quel impact politique peuvent avoir les confidences,

j'avancerai donc qu'une personne ayant évolué dans les coulisses de la magistrature suprême se doit de respecter, comme tout fonctionnaire, par définition titulaire d'une fonction, l'obligation de réserve, se doit de ne pas trahir la confiance de celui qui en tant que Président de la République, l' a « faite » Première dame de France.

Récemment, dans ce petit journal, j'avais fustigé les déplorables confidences médiatiques de Mme Chirac, parlant de son époux souffrant, mais il semble qu'aujourd'hui l'affaire soit autrement plus grave.

Ce déballage très mal inspiré serait déjà lamentable de la part du commun des mortels. Il est autrement plus alarmant quand il est commis par la personne qui fut la plus proche du chef de l'état, une personne qui fut déjà l'auteure d'un mémorable pas de clerc sur Twitter. C'était une maladresse plus ou moins gratuite, mais dans ce nouveau dérapage, l'intérêt est également en jeu car le livre va générer des centaines de milliers d'euros de royalties.

J'ai dit « royalties » ? c'est comique non ? Tout comme peut faire sourire la similitude du nom de l'auteur avec l'adjectif trivial...

UN STATUT POUR LA PREMIERE DAME ?

Je n'en dirai pas davantage, la protagoniste de cette histoire ne mérite pas l'actuel fleuve d'encre qui noie la presse papier et numérique, mais je pense qu'à l'avenir il faudrait réfléchir au statut de Première dame de France, concubine ou épouse légitime, qu'importe.

Il appartient désormais aux parlementaires de plancher... Ou l'on supprime le titre de Première dame, ou on lui offre un cadre juridique.

Avant de devenir co-locataire à l’Élysée, d'y jouir d'un cabinet, d'un conseiller, de secrétaires, et d'une voiture avec chauffeur, la compagne du président devrait s'engager solennellement à respecter tous les devoirs de sa nouvelle charge. Et notamment l'obligation de discrétion, même en ce qui concerne la vie intime d'un homme qui reste forcément public même dans le secret de son alcôve.

Le ciel lourdement chargé de la présidence de la République...

Le ciel lourdement chargé de la présidence de la République...

Tag(s) : #Actualité, #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :