Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MA RUBRIQUE DU VELO........ CLM, contre moi-même, contre la montre : une histoire de compteur

La volonté de progrès est dans la nature de l'homme. C'est vrai dans bien des domaines, et en particulier dans celui du cyclisme. Je ne parlerai pas des professionnels qui doivent tout donner, (et même davantage) pour émerger du peloton, mais des purs amateurs passionnés dont la plupart poursuivent un objectif.

Les purs randonneurs voudront aller toujours plus loin vers des sites toujours plus beaux et parfois avec des sacoches toujours plus lourdes bien difficiles à alléger. Les cyclosportifs s'entraînent en vue d'une place à la prochaine course. Les amateurs de brevets s'endurcissent pour accomplir dans les temps les épreuves les plus prestigieuses, sur des distances phénoménales. Certains se spécialisent dans l'ascension de multiples grands cols, dont les fameux hors catégorie du Tour de France. Beaucoup travaillent l'endurance et accumulent les kilomètres, vrais forçats de la route qui dépassent allègrement les 20 000 km par an, plus qu'un français moyen en voiture. Il y a aussi le plaisir de se tirer la bourre entre copains le dimanche matin avant de prendre l'apéro ensemble et aussi l'excitation de se livrer, de temps en temps, à des contre la montre solitaires, en solo mais qui peuvent être partagés ensuite dans un cercle d'initiés.

Pour un km/h de plus

Bien sûr, le contre la montre est aussi une forme de balade pendant laquelle on peut admirer le paysage tout en lorgnant un but sportif précis.

Pour réaliser un contre la montre en solitaire, la première démarche est de se procurer un bon compteur, de préférence servant de chronomètre et calculant la moyenne kilométrique. Il faut l'étalonner, mais ce n'est pas très facile car il faut d'abord y enregistrer le tour exact de la roue avant, chiffre à partir duquel l'informatique calcule et la distance parcourue, et la moyenne horaire. Or, il n'est pas facile de connaître la circonférence exacte de la roue, indiquée par types de roues dans le mode d'emploi, mais qui peut varier en fonction du modèle, de l'usure, du gonflage du pneu, voire du poids du cycliste qui va écraser plus ou moins le caoutchouc sous pression. Par exemple on pourrait utiliser une chaîne d'arpenteur, pour mesurer la circonférence à partir d'un certain nombre de tours de roue. Mais l'écrasement du pneu n'est pas le même quand on pousse le vélo à la main ou quand on roule dessus. Vous allez dire que je pinaille, d'accord. Mais d'expérience, je peux affirmer que les bornes kilométriques, le long des routes, même si elles donnent une indication, ne sont pas suffisamment précises. Elles le sont sur certaines voies, mais sur d'autres, on note d'importantes variations. On peut utiliser un GPS ou ce genre d'application avec un téléphone mobile, mais comme je ne dispose pas de ce matériel, j'ai étalonné mon compteur sur Internet, en comparant la distance donnée par mon compteur, et celle mesurée, sur un itinéraire précis, par Google earth. Il me semble que c'est aussi fiable que facile à utiliser, mais il y a un bémol. La mesure, plutôt exacte en terrain plat, pourrait être légèrement influencée en cas de dénivelée.

Progresser à tout âge

Quoiqu'il en soit, il est très encourageant de faire un test de temps en temps. Le plus formidable, c'est qu'en se mettant à cette discipline, on peut progresser à tout âge. Venant de passer les deux tiers de siècle (à vos calculettes), j'atteins 31 km/h de moyenne sur 10 km, quasi 24 km/h sur 100 km, et un peu plus de 25 km/h sur 50 km

------ Pour s'abonner à Mon Petit Journal, voir colonne de droite, sous les catégories, il suffit d'inscrire son e-mail, et c'est sans engagement ni diffusion de l'adresse e-mail. -----

Quant à mon record de l'heure, il se situe pour l'instant à 27,9 km, bien loin des performances réalisées par les pros venant chercher au Mexique une meilleure pénétration dans l'air, mais il faudra que je tente l'expérience dans ce pays ;-)).

Je ne vous dit pas tout cela pour me mettre en évidence, car les performances sont bien modestes, mais pour vous inciter à faire de même, en respectant une règle : rouler en boucle ou faire un aller-retour car ce serait trop facile, voire trompeur, de tout accomplir dans la même direction en faux plat descendant avec le vent dans le dos ! Du reste, pour mon dernier chrono, sur un aller et retour, j'ai noté une différence de 5 km/h entre l'aller et le retour... ce qui démontre le bien-fondé de cette exigence.

Restons sérieux : tout cela c'est pour s'amuser, car le cycliste possède cette vertu de garder au fond de lui-même un peu de ses rêves d'enfant... alors que vos chronos restent un jeu !

Les bornes souvent précises, mais pas toujours, j'ai en effet enregistré de notables variations et erreurs.

Les bornes souvent précises, mais pas toujours, j'ai en effet enregistré de notables variations et erreurs.

Tag(s) : #MA RUBRIQUE DU VELO

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :