Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ce blog, il y a près de 1400 articles, qui traitent tant de l'actualité que du Mexique, que de la France en général et de la Bourgogne en particulier. C'est une mine d'impressions et de documents divers et c'est pourquoi, à l'instar de l'évocation de cette rando, je vous invite à les découvrir en passant (colonne de droite) par les archives ou par les catégories.

C'est très simple et c'est aussi une invitation à vous abonner, colonne de droite, pour ne rien perdre désormais  des publications (gratuites comme l'abonnement) de ce petit journal rédigé pour vous jour après jour. Beaucoup de lecteurs actuels ne connaissent pas ce que j'ai publié au début. Alors...

Pour faire plaisir à vos amis, vous pouvez aussi les abonner d'office avec leur e-mail, ils valideront ou non, mais prévenez-les...

Dans les jours à venir s'ajouteront encore des articles complétant ce petit journal quasi encyclopédique du Mexique.

Je vous emmène aujourd'hui à Tres Marias, un village d'altitude dépendant de la municipalité de Huitzilac (commune montagnarde) où subsiste une assez importante population indigène parlant encore « el náhuatl » ;

Alors que Huitzilac vit de manière traditionnelle, et possède un élégant centre-ville d'allure ancienne, au milieu des cimes, Tres Marias s'est fortement développé au plan commercial car l'agglomération est située à une sortie de l'autoroute importante reliant Mexico DF à Cuernavaca. C'est aussi la direction de Toluca, capitale de l'état de Mexico. On y trouve beaucoup de restaurants, mais aussi de l'artisanat, des vêtements tricotés aux poteries typiques.

Une petite cité à plus de 2800 m d'altitude

Situé au pied d'une montagne volcanique trilobée, donc aux trois sommets qui expliquent son nom (du moins je l'imagine) l'agglomération se situe à un peu plus de 2800 m d'altitude (j'ai noté 2817 m sur Google earth) dominant donc Cuernavaca de plus de 1200 mètres.

Il y a longtemps que je rêvais de faire à vélo l'ascension de ce « col » bien que le village ne soit pas au sommet du passage entre les volcans séparant Mexico de Cuernavaca, le point culminant de l'autoroute se situant à environ 3100 m d'altitude quelques kilomètres plus au nord.

Il y a trois ans, j'avais gravi ces pentes à pied, par la forêt, et aussi partiellement à vélo, jusqu'à l'altitude de 2350 m, au croisement avec la ligne électrique de haute tension.

Cette fois, pour mon 67e anniversaire, et avec un soupçon de témérité, je me suis offert la totalité de la côte, au départ de Cuernavaca, soit 1226 m de dénivelée positive.

Le 26 décembre m'offrit la fraîcheur d'un petit matin un peu nuageux et sans vent, temps idéal pour fournir un effort. Effort qui commença dans l'avenue Zapata, quartier Tlaltenango et son église la plus ancienne de la région, se poursuivit par la traversée de Santa Maria, village devenu un quartier de Cuerna, évoqué précédemment, avant de pénétrer dans une forêt d'altitude de moins en moins urbanisée. En fait, pendant les 10 premiers kilomètres après la statue de Zapata (près de la zone militaire), on rencontre encore beaucoup de maisons et de commerces, aussi bien alimentaires que proposant des sculptures en pierre destinées à la décoration des maisons et jardins. De nombreux panneaux indiquent la vente de terrains constructibles, sur ce promontoire au dessus de Cuernavaca où se respire un air plus frais qu'en centre-ville. C'est un peu après être passé sous la ligne haute-tension, dont la tranchée déboisée coupe la forêt ce qui fournit aux piétons un itinéraire aisé, (et aussi des perchoirs pour les immenses vautours) que l'on pénètre dans une sylve sauvage d'une grande beauté, mélange de feuillus et de conifères.

Entre 5 et 6%

Au plan cycliste, la montée n'est pas très difficile puisque le pourcentage moyen est de 5,4 % (davantage vers le bas - 6% - que vers le sommet - 4,7% -) ; il n'y a pas non plus de rampe notable, c'est plutôt régulier. J'ai donc pu en grimper une bonne partie sans utiliser mon plus petit braquet. Petit souci : beaucoup de chiens au bord de la route dont certains se montrant un peu agressifs, mais pas d'incident.

L'époque révolue du ferrocarril

La voie semble très large à l'arrivée à Tres Marias et fait un peu penser à l'entrée d'un village de western. Boutiques et restaurants sont accueillants et le sommet des Tres Cumbres, hérissé d'antennes de télécommunications, est visible de partout, à plus de 3200 m d'altitude. Non loin de la place doté du traditionnel kiosque à musique se trouve une jolie petite église qui voisine avec une fresque intéressante (voir photo) car elle évoque l'époque où un train à vapeur reliait la capitale du Mexique à la capitale de l'état de Morelos, Cuernavaca. Je connais une partie (bien + bas) de l'ancienne voie de chemin de fer (ferrocarril) servant de sentier de randonnée (bien peu fréquenté)

Gare à la descente !

J'ai donc monté sans grande difficulté cette longue côte régulière. Après avoir fait quelques photos et remarqué une importante présence policière, mais renseignements pris, ce n'était que de la routine, j'ai trouvé préférable de prendre un taxi pour le retour, afin d'éviter les dangers d'une longue descente sur une route où les camions et autobus frôlent le cycliste à toute allure, afin aussi de ne pas avoir à grimper 200 m de dénivellation supplémentaire pour regagner la maison, surtout... en pleine chaleur du midi.

C'est le taxi, très aimable et disert, qui m'a confirmé que le secteur n'est pas très bon – euphémisme ou non, je ne sais - au plan de la sécurité... Bon, mais comme d'habitude au Mexique, je n'ai rencontré aucun problème, la plupart des gens étant charmants dans leurs rapports humains. A noter que si j'ai pris un taxi, c'est aussi parce que les tarifs sont raisonnables : 150 pesos, soit 8 euros...pour une bien longue course, par Huitzilac, de près de 30 km

Je laisse maintenant les photos raconter la balade, une balade qui comme d'habitude m'a ravi. C'est bien à vélo qu'on peut aller loin tout en s'imprégnant de l'environnement !

LIRE AUSSI : http://monpetitjournaldicietdailleurs.over-blog.com/2013/12/libert%C3%A9-d-expression-au-mexique-un-autel-pour-la-paix-devant-le-palais-du-gouvernement.html

N'hésitez pas à me demander des précisions sur cette balade

De la route fédérale, le village et l'église de Santa Maria

De la route fédérale, le village et l'église de Santa Maria

Le but, vu de 1000 mètres plus bas...

Le but, vu de 1000 mètres plus bas...

Terrains à vendre

Terrains à vendre

Hippocampe géant, un étonnant décor en forêt.

Hippocampe géant, un étonnant décor en forêt.

Dans la montée, plusieurs expositions de sculptures.

Dans la montée, plusieurs expositions de sculptures.

Les petites tiendas ne sont pas rares

Les petites tiendas ne sont pas rares

En faveur de la protection de l'environnement forestier.

En faveur de la protection de l'environnement forestier.

Car la forêt est de grande beauté à partir de 2400 mètres.

Car la forêt est de grande beauté à partir de 2400 mètres.

La ligne haute tension, point de vue sur Cuernavaca dans la brume

La ligne haute tension, point de vue sur Cuernavaca dans la brume

L'entrée d'un parc de loisirs en pleine forêt.

L'entrée d'un parc de loisirs en pleine forêt.

Récolte de céréales à 2600 m d'altitude : je crois que c'est de l'avoine.

Récolte de céréales à 2600 m d'altitude : je crois que c'est de l'avoine.

Un centre universitaire vétérinaire sur la production des ovins.

Un centre universitaire vétérinaire sur la production des ovins.

Entrée dans Tres Marias

Entrée dans Tres Marias

Une petite ville commerçante.

Une petite ville commerçante.

Tres cumbres vues de Tres Marias

Tres cumbres vues de Tres Marias

L'église de Tres Marias.

L'église de Tres Marias.

La fresque proche de l'église avec le sommet de la montagne et au pied le train dont on n'a pas, ici, perdu le souvenir

La fresque proche de l'église avec le sommet de la montagne et au pied le train dont on n'a pas, ici, perdu le souvenir

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :